Environnement
 Le frelon asiatique envahit l’Isère

 C’est un terrible prédateur. Il détruit la biodiversité en se nourrissant de millions d’insectes dont les abeilles. Il représente aussi un danger pour l’homme en cas de piqures multiples et se nourrit aussi du sucre des productions fruitières. 

Arrivé en France en 2005, probablement un seul spécimen, une fondatrice, cachée dans une poterie en provenance d’Asie, le frelon asiatique a depuis colonisé toute la France dont l’Isère. 400 nids ont été détruits dans notre département il y a deux ans et près de 1000 l’an dernier. 

Sa fulgurante progression s’explique d’abord par son mode de reproduction. Un seul nid peut abriter des milliers d’ouvrières et plusieurs dizaines de fondatrices (femelles sexuées). .Fécondées en automne, les fondatrices quittent le nid pour passer l’hiver cachées dans la nature. Les autres occupants du nid, ouvrières et vieille reine, vont mourir, le nid ne sera pas réutilisé. Au printemps, chaque fondatrice qui a survécu à l’hiver va à son tour construire un nouveau nid à un autre endroit. 

Le frelon asiatique est un fléau pour les apiculteurs. Il capture les abeilles vivantes, les décortique et ramène cette bouillie de nourriture dans le nid pour nourrir les larves qui deviendront des frelons adultes. En quelques jours, une dizaine de frelons peuvent ravager une ruche. Les abeilles constituent entre 30 et 60% de leur nourriture, le reste étant des mouches, papillons, chenilles, araignées, guêpes. 

En Isère la lutte contre le frelon asiatique est pilotée par le GDSA (Groupement de défense sanitaire apicole) avec un soutien financier fort du Département et des Communautés de communes. 

Cela passe par destruction des nids abritant des milliers de frelons, situés souvent en hauteur dans les arbres. Mais face à l’avancée du fléau, le GDSA qui regroupe près de 3000 

apiculteurs lance cette année une campagne de piégeage des fondatrices entre le mois de mars et de mai. Chaque fondatrice capturée fait reculer la probabilité d’un nouveau nid. Les 3000 apiculteurs de l’Isère sont mobilisés pour poser des pièges autour des ruchers attaqués l’an dernier et des nids découverts. 

Chaque piège, bien repérable grâce à son étiquette, contient un appât sucré. Une fois entrée, la fondatrice ne peut plus ressortir. Si vous repérez de tels pièges dans la nature. Ne les touchez surtout pas. 

Les pièges qui contiennent un appât sucré capturent les fondatrices frelons pour qu’elles ne construisent pas de nouveaux nids.
Reconnaître le frelon asiatique.
Piège en place
Restez
informés
Inscription à la newsletter
Réseaux sociaux
À lire aussi...
Image de CHANTIERS JEUNES (16-17 ANS)
Enfance/Jeunesse
CHANTIERS JEUNES (16-17 ANS)
29 Avr 2024